Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’anarchisme aujourd’hui, un projet pour la révolution sociale   Avan

L’anarchisme aujourd’hui, un projet pour la révolution sociale

 

Avant-propos

 

 

 

 

 

La période des années quatre-vingts aura été, pour certains, celle des désillusions et du désabusement.

 

En 1981, de faux espoirs furent placés dans la gauche, notamment pour contrer les vagues de licenciements provoquées par les restructurations capitalistes depuis 1973. “L’état de grâce” dont bénéficia à ce moment le pouvoir et la volonté d’une grande partie des militants syndicalistes “de ne rien faire qui puisse gêner les nouveaux dirigeants” achevèrent de laminer les mouvements sociaux qui avaient vu le jour sous les divers gouvernements de droite.

 

L’escroquerie du “Mitterrandisme” ne peut cependant tout expliquer. Les rares tentatives pour impulser des luttes radicales se sont brisées sur un écueil beaucoup plus grave bien que moins visible : tout un discours dominant s’était développé et avait “lessivé” la pensée politique. Les “nouveaux philosophes” nous ont fait l’éloge de la démocratie comme le meilleur des mondes; lentement mais sûrement le militantisme, les idées de révolution et de lutte de classes, les mots de bourgeoisie et de prolétariat ont été rangés sous la rubrique des choses “ringarde ”. L’implosion des pays dits socialistes a amplifié l’idée selon laquelle la “transformation du monde” était impossible. Il suffisait d’affirmer sa volonté de changer la société pour être taxé d’irréaliste voire d’irresponsable ! Au fil des ans, une pensée minimaliste a bouché les horizons: il fallait “faire au plus pressé” (les restos du cœur), “améliorer ce qui pouvait l’être” (continuer quand même de voter parce que l’autre candidat était “pire”) et surtout ne pas être trop “révolté’. Comme si le fait de “positiver” (formule à la mode) pouvait résoudre les problèmes! Cette époque est-elle révolue ? Nul ne peut prédire l’avenir. Quoi qu’il en soit, nous pouvons remarquer que les élections présidentielles de 1995 se sont déroulées dans un climat de lutte sociale. Il semblerait que la résignation et la démission collective commencent à céder la place à des révoltes d’une détermination parfois impressionnante. Ce fut le cas pour une frange du mouvement lycéen-étudiant contre le CIP et bien plus encore lors du mouvement social de novembre-décembre 1995. De plus, il n’est pas difficile de se rendre compte que la recherche de perspectives nouvelles est devenue un enjeu majeur: l’ensemble de la classe politique est elle-même obligée de le reconnaître, “il n’y a plus de projets”...

 

Plus de projets? Dans leur mallette de gestionnaire du système, sûrement... De notre côté, nous avons bel et bien une alternative à proposer !

 

 

 

L’Union Régionale Rhône-Alpes de la Fédération Anarchiste

 

 

 

 

 

Ce qui motive notre action

 

 

 

 

 

Le constat face aux injustices sociales, celles que l’on subit personnellement ou celles faites à autrui, provoque notre révolte et l’on se dit qu’on ne peut pas rester sans rien faire devant une telle situation...

 

Mais le seul sentiment de révolte ne veut pas dire grand chose: il est tout relatif. Ce qui vous semblera inacceptable ne le sera pas forcément aux yeux d’un autre. Par soumission, par inconscience ou par idéologie, certains ne voient hélas rien d’abject dans le racisme; ou estiment “normal” d’être soumis aux ordres d’un chef ! En fait, tout dépend de notre vécu, de notre réflexion, de notre éthique, de ce que nous considérons comme possible. Pour notre part, si nous contestons radicalement la société actuelle, c’est parce que nous sommes convaincus qu’une société de liberté et d’égalité est réalisable.

 

Cette exigence d’égalité et de liberté est notre première motivation. Or ces termes ont tellement été galvaudés (par les religieux, les fascistes, les libéraux ou les marxistes...) qu’il nous faut redéfinir la signification concrète que nous leur donnons.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :